Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > Bernard Werber : « L'écrivain est un montreur de marionnettes »
Le 4. août 2018 à 14h19

Le Brusc Lire Bernard Werber : « L'écrivain est un montreur de marionnettes »

Pour son premier Entretien de l'été, le festival organisé par Jérôme Lévy en collaboration avec le CLAB et la ville de Six-Fours, a invité vendredi soir Bernard Werber, auteur de la trilogie « Les fourmis ».

Bernard Werber, auteur de la trilogie « Les fourmis ».

Bernard Werber, auteur de la trilogie « Les fourmis ».

Cela fait trois ans que Jérôme Lévy de « Sud à la carte » pose les valises de son festival quai de la Prud'homie au Brusc. La première rencontre avec Henry-Jean Sevat et Patrick Malakian du 15 juillet a été d'abord déplacée au lendemain pour cause de finale de la Coupe du monde de football, puis annulée à cause du mauvais temps. L'adjointe au quartier du Brusc Delphine Quin a dit le regretter et a évoqué la possibilité de reprogrammer l'entretien avant la fin de l'été. « Le maire Jean-Sébastien Vialatte soutien le festival et les administrés nous complimentent pour ces rencontres littéraires dans ce site magnifique », a-t-elle dit. « Ils en redemandent et nous avons même des échanges avec eux sur les personnes à inviter. » Pour le premier Entretien de l'été vendredi soir, Jérôme Lévy avait invité l'auteur de la trilogie best-seller « Les fourmis » parue en 1991, un roman animalier mêlant l'univers des hommes et celui des fourmis.

« Les lecteurs sont ma famille »


Alors que les derniers baigneurs profitaient encore de la fraîcheur de la mer et que quelques gouttes commençaient à tomber sur le Brusc, Bernard Werber a expliqué son appétence pour le contact avec le public. « Cela me donne l'opportunité de découvrir la France. Qui plus est, si j'ai la chance d'arriver à vivre de ma plume depuis 28 ans, c'est grâce à mes lecteurs. Le minimum, c'est d'aller voir la tête qu'ils ont… Ils sont ma petite famille et je leur dois de les écouter. Il y a toujours un intérêt à avoir un feed-back. Nous avons des informations sur les chiffres des ventes, mais les lecteurs sont-ils satisfaits ? Qu'ont-ils aimé ou pas aimé ? »

«  L'écrivain augmente les choses »


Si l'auteur des « Fourmis » sacralise les livres, « objets merveilleux », il distingue écrivains et auteurs. « L'écrivain raconte des histoires, comme le faisaient les druides le soir, pour assurer la cohésion du groupe. » Prenant l'exemple de Sherlock Holmes, Bernard Werber est heureux quand ses lecteurs oublient l'écrivain, comme ils oublient Conan Doyle, et ne s'intéressent qu'aux personnages. « Si l'on se dit que l'écrivain écrit bien, c'est qu'il est mauvais. L'écrivain est un montreur de marionnettes. » Comme lorsqu'il était journaliste scientifique, Bernard Werber fait de la vulgarisation et en est fier. « Ma fonction est d'éveiller, de réveiller et de me réveiller moi-même. L'écrivain augmente les choses et élève ses lecteurs, comme le ferait un professeur. Le monde est vaste et merveilleux. Posez-vous des questions nouvelles ! »

Onfray et FOG reviennent au Brusc


A la fin de l'entretien, Bernard Werber a dédicacé son dernier ouvrage, "Depuis l'au-delà". Le prochain Entretien de l'été aura lieu avec Jean-François Kahn le 9 août au Castellet. Le 14 août ,le journaliste et ancien directeur du Point Franz-Olivier Giesbert et le philosophe fondateur de l'Université populaire de Caen et de l'Université du goût Michel Onfray reviennent au Brusc. Ils y seront rejoints par Boris Cyrulnik pour un débat à ne pas manquer.

, le 04 août 2018

Autres photos: