Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > Jean-Marc Bonifay : "Je suis autiste et je l'écris"
Le 10. mars 2015 à 14h58

Le Brusc Société Jean-Marc Bonifay : "Je suis autiste et je l'écris"

Jean-Marc Bonifay a 45 ans. Il est autiste et l'a découvert à seulement 35 ans, lorsque son premier fils est né et a été décelé lui aussi autiste.

Auparavant, enfant, on le pensait colérique, caractériel, hyperactif, perturbé... "Bizarre".
Aujourd'hui, c'est une maladie qu'on décèle assez rapidement et, lui comme son fils, sont autistes Asperger, c'est à dire avec un haut potentiel intellectuel. Ce qui est le cas pour Jean-Marc, qui a un QI de 135 et de son fils dont le QI est de 130.
Evidemment, il en a toujours souffert sans savoir mettre un nom sur ce dont il souffrait. Si cela l'a beaucoup handicapé, il a toujours lutté, fait en sorte de se maîtriser, que cela ne se voit pas, prenant énormément sur lui pour cacher son handicap.
Aujourd'hui, il a enfin écrit ce livre qui est depuis longtemps dans sa tête : "Autiste de père en fils" (Ed A la Fabrique)

Des autistes célèbres


"Ca y est, c'est écrit" me dit-il heureux et fier en me montrant le livre

Qu'est-ce qui vous a décidé ?
Cela a toujours été mon centre d'intérêt. Je l'avais en moi, j'écrivais sans cesse des mémos avec cette idée que le livre se ferait. Et puis, j'ai été invité par France 2 sur l'émission de Sophie Davant "Toute une histoire". J'ai alors reçu beaucoup de courrier, venu même des Etats-Unis où j'ai appris que des stars comme Keanu Reeves ou Darryl Hannah étaient autistes. Mais il y a plein de gens célèbres qui le sont : Mozart, Einstein étaient aussi Asperger.
J'ai voulu expliquer cela et raconter tout ce qui se passe en interne. La préface est du grand professeur Bruno Gepner, psychiatre qui forme des médecins et des chercheurs, qui a confirmé mon diagnostic. L'épilogue est signé de Christine Philip qui forme les enseignants spécialisés à l'INSEEA (Institut National Supérieur de l'Enseignement de l'Education Adaptée)

C'est donc grâce à votre fils que vous avez découvert ce dont vous souffriez ?
Oui, en 2000. En le voyant grandir, je me retrouvais dans des tas de comportements. Il était hypersensible, surdoué, même si je n'aime pas ce mot. Je me suis d'abord demandé si je ne me faisais pas des idées. Et c'est lorsque le médecin a décelé son autisme que j'ai appris que c'était de ça que j'étais atteint. Mais pour moi, il n'y avait plus grand chose à faire.

Comment vous en êtes-vous sorti ? Car à vous rencontrer on ne peut imaginer que vous êtes autiste
On ne s'en sort jamais mais j'ai fait et fais encore un énorme travail sur moi-même afin que cela ne se voit pas. J'ai développé mes sens (je traite des milliers de données) j'ai trouvé des stratégies de compensation. J'ai étudié mes failles et trouvé des façons de les contourner.
J'ai créé mon association pour me forcer à être en contact permanent avec ma maladie. C'est un long, très long cheminement. J'ai vécu des passages difficiles, j'ai eu des troubles, des colères. A l'école, j'ai trouvé des outils d'intégration et je suis heureux qu'on m'y ait laissé car cela m'a beaucoup aidé.

Et votre fils ?
C'est plus difficile pour lui car il souffre d'une forme différente, doublée de troubles associatifs dus au rejet et aux moqueries survenues justement à l'école.
Il a 16 ans et si moi j'ai une différence, lui il a un handicap.
Il est "surdoué", incollable sur tout ce qui concerne "Star Wars", et il se passionne pour les pierres semi-précieuses et étudie la médecine énergétique chinoise. Il veut en faire son métier

Si vous aviez su que vous étiez autiste, auriez-vous eu cet enfant ?
Sans problème. J'en ai d'ailleurs eu un second en toute connaissance de cause et il n'est pas autiste.

Vous oeuvrez beaucoup pour faire connaître l'autisme...
Aujourd'hui on connaît la maladie. Avant, nous passions pour des malades mentaux mais il y a encore beaucoup de travail car c'est une maladie mal connue et qui fait encore peur. C'est pourquoi je donne des conférences, je fais des émissions de télé. Je viens d'enregistrer à Six-Fours le deuxième volet de l'émission "C'est votre histoire". J'ai écrit ce livre qui est aujourd'hui considéré en France comme l'ouvrage de référence. Il y aura d'ailleurs une suite. Le 28 mars je serai à 16h à la médiathèque de Sanary. Je vais aussi passer sur Canal +. Le 16 mai, je réunirai une quinzaine de sommités autour d'un congrès qui se déroulera salle Malraux... à Draguignan ! Le 5 décembre je serai, avec Christine Philip, à la salle de la Guicharde....

Votre livre est édité dans une maison d'édition grenobloise "A la Fabrique"*
Oui, car sa directrice, France Aysac, a un fils autiste et qu'elle emploie des autistes. Je trouvais tout à fait normal de travailler avec elle car elle aussi, oeuvre beaucoup pour cette maladie génétique"

Il est à noter que quelque 600.000 cas d'autisme sont recensés en France, avec un très petit pourcentage d'Asperger.
On ne peut donc que féliciter et encourager Jean-Marc Bonifay qui a le courage de mener ce combat de front et d'avoir écrit ce livre très édifiant et plein d'enseignement, sur une maladie encore mal connue.

, le 10 mars 2015

*A la Fabrique - 36, rue Très-Cloître - 38000 - Grenoble

Plus d'infos:

Autres photos:

Tournage à la Batterie du Cap Nègre pour France 2
Tournage à la Batterie du Cap Nègre pour France 2