Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > Destins croisés
Le 14. février 2013 à 18h26

Le Brusc Exposition Destins croisés

Leur destin est parallèle, il était donc probable qu’ils se retrouvent un jour. Cette rencontre a eu lieu, Salle de Greling au Brusc où ils exposent ensemble du 13 au 24 février. Elle, c’est Lucie Barra, peintre. Lui c’est Jacques Boyer, sculpteur.

Lucie Barra et Jacques Boyer se sont connus à l’adolescence et se sont perdus de vue. Jacques Boyer connaissait aussi Dominique Baviera depuis l’école, mais leurs parcours avaient pris des routes différentes.

Peintre spontanée


Lucie Barra a toujours peint, mais pour elle-même. Cette autodidacte a bien pris quelques cours aux Beaux-Arts, mais c’est tout. Sa peinture est libre, spontanée son sujet préféré étant les Femmes qu’elle peint sous toutes les formes et de toutes les couleurs. Des portraits, des corps, c’est ce qui l’inspire depuis toujours. Si vous lui demandez pourquoi, elle répond « Il n’y a pas de raison, c’est comme ça ». L’été dernier, elle a exposé pour la première fois à Bas’Art à Fréjus. Depuis, un déclic a eu lieu et elle multiplie les expositions.

Sculpteur de pierre à Tahiti


Jacques Boyer était ferronnier. Il a commencé à sculpter à Tahiti il y a seulement 2 ans, alors qu’il y habitait jusqu’à l’année dernière. Il aime les objets qui mêlent art et pratique et a commencé par vendre des pilons en pierre qu’il sculptait sur les marchés colorés de Papeete. En rentrant de Tahiti l'envie lui est venue de mélanger les matières. C’est lors d’un concert qu’il a revu son vieux copain, Dominique Baviera et qu’il lui a parlé de sa récente passion artistique. Lucie Barra, elle aussi amie d’enfance de Jacques, a alors de nouveau croisé sa route.
Jacques lui a proposé de partager l’exposition. L’union sacrée était née.
Étonnant et créatif
L’art reste subjectif, mais c’est un vent de fraicheur qui souffle sur l’Espace de Greling. Ces deux artistes à la vocation tardive, apportent chacun une dynamique et un esthétisme incontestables. Pour Jacques Boyer, c’est une première exposition qui en appelle d’autres. Pour Lucie Barra, c’est sans doute le début d’une longue série. C’est en tous cas ce que nous pouvons leur souhaiter.

HP, le 14 février 2013

Autres photos:

Lucie Barra et Jacques Boyer Les sculptures de Jacques Boyer. Il a toujours aimé faire des pilons Le triptique de Lucie Barra
Lucie Barra et Jacques Boyer