Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Un homme excédé s'enchaîne au bureau de poste de Six-Fours
Le 20. septembre 2011 à 20h25

Six Fours Fait divers Un homme excédé s'enchaîne au bureau de poste de Six-Fours

Mardi matin, un client s'est enchaîné à l'intérieur du bureau de poste du centre ville, suite à un différend avec la direction au sujet d'un contrat de téléphonie. La police est intervenue et une plainte a été déposée.

Drôle de matinée au bureau de Poste de Six-Fours où un homme s'est enchaîné à l'intérieur pour protester contre la direction.

Drôle de matinée au bureau de Poste de Six-Fours où un homme s'est enchaîné à l'intérieur pour protester contre la direction.

Drôle d'histoire ce mardi matin au bureau de poste de Six-Fours: en milieu de matinée Robert Congiusto entre à la poste et s'enchaîne autour d'un pilier avec un mot à l'adresse de la direction: "la poste de Six-Fours n'assume pas ses erreurs depuis le 12 août 2011. Malgré toutes mes démarches rien ne se fait et cela mine ma santé et mes finances. Voilà pourquoi je suis là enchaîné pour essayer de trouver une issue. Je ne suis pas un voyou, simplement un client de la poste mobile. Lésé et malade par cette situation". Le différend porte sur un changement de forfait mobile et sur une erreur survenue suite à cette opération: "depuis plusieurs semaines on me fait tourner en bourrique, je n'en peux plus, j'ai contacté aussi l'UFC Que choisir, on a écrit sans qu'on daigne nous répondre, j'en ai vraiment marre, tout le monde se renvoie la balle, c'est hallucinant, je ne sais plus comment faire" a-t-il expliqué.
Concrètement en mai un partenariat a été scellé entre SFR et la poste mobile. Il y a donc eu basculement de clients pour certains forfaits, et il semble qu'un souci informatique ait causé des soucis au niveau du contrat de Robert Congiusto. La direction départementale de la Poste expliquait: "il faut comprendre que nos techniciens recherchent où a pu se produire l'erreur. Nous avons pris très au sérieux le problème de ce monsieur, traité par le service après-vente national. Il devrait retrouver bientôt son forfait, cela suit simplement son cours. En plus c'est le seul cas auquel nous ayons été confronté lors du basculement".
La direction départementale regrettait également cet incident de mardi: "Ce monsieur a été reçu à plusieurs reprises par les agents de la poste de Six-Fours mais il faut bien comprendre qu'ils ne pouvaient résoudre ce problème et qu'on ne peut accepter ce type de comportement". En tout état de cause Robert Congiusto a été sorti du bureau de poste par des policiers qui l'avaient menotté. Cet ancien sapeur-pompier aujourd'hui handicapé, vice-président d'handifan club om, est resté un long moment prostré devant le bureau de poste, menotté et visiblement touché par la tournure des événements. Les sapeurs-pompiers sont ensuite intervenus et l'ont aidé à descendre les marches avant que les deux policiers ne l'emmènent au commissariat de Sanary. Il a ensuite été relâché après sa déposition.
La Poste de Six-Fours a déposé plainte pour "dégradation volontaire de matériel". Du côté du client, l'incompréhension prévalait: "Excepté la chaîne mise autour du pilier, je ne vois pas quel dégât j'aurais pu occasionner. Je suis vraiment très étonné de ce dépôt de plainte".
P.S.: En début de soirée, une solution aurait été trouvée pour régler
cet imbroglio concernant le forfait, selon la direction départementale
de la Poste. Le client excédé attend de voir, confirme qu'il a été
contacté en début de soirée: "tant qu'il n'y a rien d'écrit,
j'attends. Et j'aimerais aussi qu'on trouve une solution pour le dépôt
de plainte et qu'on utilise bien les caméras vidéos car je ne suis pas un
casseur".

D. D., le 20 septembre 2011

Autres photos:

Robert Congiusto aidé par un pompier pour descendre les marches avant qu'il ne soit emmené au commissariat. Les policiers étaient autour de Robert Congiusto assis et menotté devant le bureau de Poste dans l'attente de l'arrivée des pompiers.
Robert Congiusto aidé par un pompier pour descendre les marches avant qu'il ne soit emmené au commissariat.