Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > « Ports Propres », un label Europeen cher à l’île des...
Le 18. août 2017 à 18h21

Six Fours Environnement « Ports Propres », un label Europeen cher à l’île des Embiez

Le professeur Nardo Vicente, responsable scientifique de l’institut océanographique Paul Ricard a tenu une conférence « Le port : réservoir de vie » sur l’île, ouverte à tous et pour l’intérêt de tous.

Dans le cadre des conférences de la mer, le conservateur Patrick Lelong, scientifique et secrétaire général du groupe d’étude du Mérou, a sollicité la venue de l’éminent professeur Nardo Vicente, membre de l’académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille, pour animer ce sujet très sensible, la pollution dans les ports.

Label « Ports Propres »


L'opération « Ports Propres » a été lancée en 2001, mais s’est surtout développée en 2005 avec l'attribution du certificat Européen « Ports Propres » à six ports de Méditerranée. Les gestionnaires ont pris conscience de cette nécessité environnementale. Pendant des années, les polluants ont envahi les ports et les dragages des sédiments des ports rejetés en mer ont contribué à étendre cette pollution et à dégrader le système de vie de la mer. Des hectares de vie, comme la posidonie, ont ainsi disparu avec aussi en cause les endigages, les plates-formes, les plages artificielles avec du sable de carrières et son lot de bactéries, gagnés sur la mer. De grandes pairies sous-marines, lieux de reproduction des organismes marins, ont ainsi été décimées, touchant l’écosystème du littoral.

Changement climatique


Il faut savoir, explique le professeur que « les mers et océans sont les poumons de la terre au même titre, voire deux fois plus, que l’Amazonie. 30% du taux de gaz carbonique atmosphérique y est absorbé, ce sont les premiers régulateurs du climat. Le plancton végétal utilise le gaz carbonique de l'atmosphère pour produire plus de la moitié de l'oxygène de l'air que nous respirons. La Méditerranée, en tant que mer quasi fermée, est un modèle pour comprendre le fonctionnement de l’Océan mondial. Elle met un siècle pour renouveler son eau et subit au premier chef les effets du changement climatique. Il faut qu’elle redevienne un espace de paix et de liberté. Elle est un hotspot de la biodiversité! » Comme disait Alain Bombart, « la pollution, c’est simple, c’est ce que l’homme invente et que la nature ne sait pas défaire. »

Paul Ricard, précurseur de l’écologie


L’institut Océanographique Paul Ricard créé e,n 1966, contribue par ses actions scientifiques, d’éducation et de sensibilisation à faire connaître ces « voisins du dessous » et à les protéger. Le port des Embiez est devenu un exemple. Creusé à sec dans les anciens marais salants et non sur la mer, c’est l’un des ports les plus abrités de la côte. Son action de protection environnementale permet à de nombreux organismes de se reproduire sous les pannes et sur le fond. Un programme de Biorestore est en cours qui consiste à installer sur les quais et en milieux peu profonds des habitats d’émancipation. La participation des pêcheurs est aussi très importante pour le recensement des larves de poissons dans l’espace marin. Ils effectuent des prélèvements à l’aide de boîtes fournies par l’institut.

Des progrès


Aujourd’hui, la situation évolue avec des démarches volontaires de la part des gestionnaires des ports de plaisance dans le but d’obtenir le certificat Européen « Ports Propres » qui atteste du bon déroulement et du respect de la mer. Les ports du Magreb ont aussi fait d’énormes progrès.

Le capitaine du port et administrateur de l'Institut océanographique Patrick Longueville a pris ensuite la parole pour expliquer le fonctionnement du port et comment il a pu obtenir le pavillon bleu des ports propres d'Europe pour la douzième année consécutive. Il a ensuite répondu aux inquiétudes de la trentaine de personnes présentes. Les questions ont été posées autour du mouillage dans les herbiers des nombreux plaisanciers autour de l’île et de la nouvelle gestion de la Loi Sapin qui va être en place d’ici peu et qui laisse sceptiques les responsables.

Monique Amann, le 18 août 2017

Autres photos:

Professeur Nardo Vicente et M. le Conservateur Patrick Lelong
Professeur Nardo Vicente et M. le Conservateur Patrick Lelong