Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > Gérard Iffrig,  sculpteur de minéral acrylique
Le 24. juin 2015 à 17h55

Six Fours Culture Gérard Iffrig,  sculpteur de minéral acrylique

Gérard Iffrig,  artisan créatif originaire de La Seyne, organisait vendredi dernier l'exposition d'une partie de son travail dans le somptueux jardin d'une propriété privée du Cap Nègre. Des réalisations surprenantes étaient à la vue des nombreux visiteurs qui sont venus découvrir son oeuvre.

Gérard Iffrig se dit « artisan créatif », il est entré à l'âge de 14 ans dans une école d'ébénisterie. Son diplôme en poche, il exerce à son compte durant quelques mois. Il étudie plus tard 5 ans durant aux Beaux Arts et trace seul son chemin. Il s’intéresse alors aux matériaux stratifiés et aux produits de synthèse et notamment au minéral acrylique, un matériau résistant et non poreux, et conçoit une paillasse de décontamination d'endoscope, un produit très technique pour le médical, sur lequel il dépose un brevet.

Révélation et passion


Mais il découvre à la fois le caractère ludique et décoratif de ce matériau composé de 75% de bauxite et 25% d'acrylique et se laisse aller à créer du mobilier, des plans de cuisine, des baignoires, des façades de maisons. Passionné, curieux, inventif, il cherche inlassablement de nouvelles applications qui le conduisent à réaliser en parallèle ses première pièces artistiques : il travaille les formes et le volume avec ce matériau qu'il découpe, perce, sculpte, ponce, grave et assemble aussi facilement que du bois. Cette résine de synthèse est thermoformable, il la chauffe à 175° pour la ramollir, l'étire, l'étale, la tord à peine sortie du four en n'ayant que 30 à 60 secondes de manipulation avant qu'elle se re-solidifie. Il doit pour cela recourir à l'aide d'un, deux, voire trois assistants qui dans un sprint commun donnent la forme voulue en moins d'une minute ! « Je m’entraîne mentalement avant de réaliser ma sculpture, je cherche le concept et réfléchis sur la mise en forme, je connais alors parfaitement le geste à avoir au moment ou je sors du four cette résine» nous confie-t-il. Car outre la créativité il faut une grande maîtrise de la technique pour y parvenir.

Une oeuvre minimaliste


Et cela donne des pièces pesant parfois plus de 200kg , monumentales mais minimalistes à la fois, aux lignes épurées, aux courbes parfaites, aux circonvolutions ou torsions foisonnantes. Des pièces qui changent de forme en fonction de l'angle sous lequel on les regarde et que l'on peut positionner de différentes manières. Blanches immaculées, ces sculptures accrochent merveilleusement la lumière et nous transportent dans un monde onirique où toute interprétation est possible.

Gérard Iffrig partage son temps entre le Maroc et notre région, il expose fréquemment dans le Maghreb et réalisait vendredi dernier sa première exposition privée en France : « J'aimerais exposer dans une galerie, nous dit-il avec humilité, non pas pour vendre ou être célèbre, mais tout simplement pour qu'on analyse mon travail. »

Pour le contacter: iffrig-gerard.lg@hotmail.fr

A.I, le 24 juin 2015

Autres photos:

Selon l'angle, la sculpture prend une autre forme