Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Six Fours les Plages > J’ai testé pour vous les drives alimentaires
Le 9. septembre 2013 à 20h42

Six Fours Consommation J’ai testé pour vous les drives alimentaires

Une nouvelle façon de faire ses courses est apparue il y a quelques mois à Six-Fours. Intermarché et Carrefour Market se sont dotés d’une Drive. De chez lui, sur son ordinateur, le client passe commande et va ensuite la chercher à l’heure prévue.

Chez Intermarché

Chez Intermarché

Est-ce une révolution ou simplement une évolution qui correspond à nos désirs ? Faire ses courses sur Internet existait déjà dans les grandes villes. Petit à petit, ce service supplémentaire se démocratise et des villes plus modestes en sont dotées. A Six-Fours, les deux enseignes Intermarché et Carrefour Market, l’ont inauguré à quelques semaines d’intervalle. Nous avons testé les deux.

Mode d’emploi


Dans un premier temps, il faut s’inscrire avec son adresse mail et un mot de passe. Dans les deux cas, il est possible d’enregistrer sa carte de fidélité qui va ainsi être créditée automatiquement. Ensuite, à vous de parcourir les rayons et de remplir votre caddie virtuel. La première fois, c’est assez long à faire, mais il est possible de constituer sa liste type pour que la fois suivante, ça aille plus vite. Ces listes sont facilement ajustables et on peut les appeler, affiner les quantités et commander ainsi très facilement. Chaque enseigne propose des recettes, des promotions, des produits du jour etc…Tous les rayons sont accessibles au même tarif qu’en magasin, sans frais supplémentaire. Il y a juste une commande minimum à faire, qui est de 40 euros à Carrefour, alors qu’il n’y a pas de minimum à Intermarché.

Après avoir rempli son caddy virtuel,
on passe en caisse


Chez Intermarché, on ne paye pas en ligne. Il est possible de prendre l’option ‘produit de substitution’ au cas où un article choisi serait absent en magasin, mais remplaçable par un autre. On choisit son créneau de livraison (par exemple le lendemain entre 14h et 15h) et on valide. Lorsque l’on arrive au drive, il suffit de sonner à l’interphone en donnant son nom ou son numéro de commande. Un employé d’Intermarché arrive avec la liste et des sacs bien fermés qu’il met dans le coffre et vous fait payer par carte bancaire juste ce qui vous a été livré. C’est rapide, simple et, à chaque fois j’ai eu droit au sourire en plus !
Chez Carrefour Market, le fonctionnement est similaire, si ce n’est que le paiement se fait en ligne. En fait, c’est plutôt un genre de caution, car si la livraison est différente de la commande, le paiement sera validé sur place et le compte débité seulement après réception des articles livrés.

Les limites du système


En fait, le nombre de références est bien plus limité qu’en magasin. A Intermarché par exemple, j’ai voulu commander un filet d’oranges à jus, mais il n’y avait qu’un seul type d’oranges disponible. C’est le rayon frais, dans les deux cas qui avoue le plus ses limites, surtout au niveau de la viande, du fromage, du traiteur et du poisson.
L’intérêt du système réside dans la liste de course type, que l’on fait régulièrement, avec des articles souvent lourds que l’on consomme chaque semaine, comme l’eau, le jus d’orange, le lait, les pâtes, le beurre… et qui représente malgré tout 60 à 70% de nos achats, mais 90% du poids du caddie.

Alors pourquoi pas ? C’est utile et pratique. Et pour le reste ? Redécouvrez les marchés, colorés, odorants et conviviaux, gorgés de fruits et légumes, de poissons et viandes fraiches, de charcuterie qui donnent envie. Ce serait un juste retour des choses pour nos petits commerçants.

HP, le 09 septembre 2013

Autres photos:

Chez Carrefour Market L'entrée du drive Carrefour
Chez Carrefour Market