Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Un Conseil Municipal dans le calme
Le 26. septembre 2013 à 11h44

Sanary Vie de la cité Un Conseil Municipal dans le calme

Il est vrai que ce premier Conseil Municipal de la rentrée n’avait pas un ordre du jour très chargé. Cela n’en a pas empêché certains dans le passé, d’être tumultueux. Celui-ci a dérogé à la règle en étant bouclé en une heure, dans le calme et la sérénité.

Le film d'Escota explique le futur échangeur

Le film d'Escota explique le futur échangeur

L’assistance n’en revenait pas. Sans un accroc, sans un cri, ce premier Conseil Municipal de la rentrée est passé comme une lettre à la poste. Certains, venus au spectacle, semblaient même déçus. L’ordre du jour ne comportait il est vrai aucun dossier sensible ni décision d’une haute importance.

Des abstentions mais pas d’opposition


Dans un premier temps, c’était de bon augure, l’ensemble des décisions n’a apporté aucune remarque. L’ordre du jour a donc pu être attaqué rapidement.

-Le premier point concernait les créances irrécouvrables pour la commune (103 145,63 €), le port (4715,86 €) et les parkings (41,36€). Tous les recours ayant été épuisés, la décision était d’abandonner ces créances. Le vote s’est fait à l’unanimité.

-Le deuxième point portait sur l’augmentation du coefficient multiplicateur des taxes locales sur l’électricité, passant de 8,12 à 8,44% pour 2014.
Il y a eu une abstention, celle de M. Thomas

-Troisième point : La proposition d’attribution de subventions exceptionnelles à trois associations. Mille euros ont été votés pour l’Amicale des Anciens Marins et Anciens Comatants et le Souvenir Français. 400€ ont été alloués au Club Photo Agora. Le Maire en a profité pour remercier les associations pour le bon calibrage de leur demande. « Cela fait preuve de sérieux », dira-t-il.

-Le quatrième point concernait les plus et moins-values des travaux d’aménagement de l’Ilot Urbain des Picotières, dont les augmentations restaient mesurées. Le délai d’exécution des travaux a lui été prolongé jusqu’au 17 janvier 2014 en raison des intempéries et de la modification des prestations prévues. Ce point a eu une voix contre, celle de l’élu de l’opposition M. Thomas
M. Ferdinand Bernhard en a profité pour justifier les importants travaux nécessaires du théâtre Galli, en soulignant l’importance de ceux qui ne se voyaient pas, comme l’étanchéité de la toiture ou les mises aux normes de l’électricité et de la sécurité. Il a expliqué aussi les importants changements dans la salle, dans le but de satisfaire le public, mais aussi les artistes. Le premier rang peut maintenant accueillir les personnes à mobilité réduites, l’allée centrale a disparu au profit de 2 allés latérales. Les fauteuils vieux de plus de 30 ans ont été changés et la régie son et lumière déplacée.
Le 1er spectacle aura lieu le 16 novembre pour la pièce de théatre ’13 à table’

-Le cinquième point portait sur la modification et revalorisation de la grille tarifaire des activités péri et extrascolaires. Ce point a été voté à l’unanimité. Le Maire a rebondi sur les nouveaux rythmes scolaires : « Chez nous ça ne s’est pas trop mal passé, à part pour les transports scolaires, dont l’entreprise a été choisie par le Conseil Régional. D’ici la fin du trimestre, tout sera en ordre de marche et nous en tirerons les enseignements », en rajoutant : «Le coût net pour la commune est de 170 000€. Le ministre a des idées, mais il ferait bien de penser à leur financement… »

-Sixième point : la révision des prix du repas scolaire. A titre d’exemple, le repas facturé à un enfant en maternelle passe de 2,97 € à 3,02 €, sachant que son coût total est de 6,0395 €. La ville en prend donc, comme l’année précédente, 50% à sa charge. Le vote s’est fait à l’unanimité

-Septième point : les conventions de partenariat Commune/Initiative Formation Appui Pédagogique, qui permettent la mise en place d’actions d’accompagnement scolaire des écoles élémentaires et des CP. Le vote s’est fait à l’unanimité. Le Maire a souligné : « Depuis 2 ans, nous avons un intervenant pour aider les jeunes en difficulté, un IML (Intervenant de Maîtrise de la Langue). L’objectif est qu’un maximum d’enfants arrive à parler une langue étrangère avant d’arriver en 6ème »

-Huitième point et Neuvième point : la demande de subvention au Conseil Général pour compenser le coût d’utilisation du complexe aquatique par les collèges (Actuellement le coût de 256 €/heure est compensé par une participation financière du Conseil Général de 55€) et la participation des communes des écoles fréquentant ce complexe (256 €/heure). Le vote s’est fait à l’unanimité.

-10ème point : La mise à disposition des salles communales, à titre gracieux, aux candidats aux élections municipales 2014. La convention devant être faite entre la commune et l’association de financement électorale du candidat, M. Thomas a fait remarquer qu’une personne physique doit pouvoir signer une convention. Le texte a donc été rectifié, mais M. Thomas s’est abstenu

-Enfin, le dernier vote concernait une proposition de dénomination de 2 carrefours. Le Rond pont se situant à l’intersection de l’ancien chemin de Toulon et du chemin de la Vernette s’appellera rond-point des Médaillés Militaires. Celui situé à l’intersection du chemin de la Vernette et du Boulevard de l’Ecole s’appellera rond-point Henri Tisot. Henri Tisot était un acteur, imitateur et écrivain français. Il s’est éteint à l’âge de 74 ans dans sa résidence de Sanary/Mer. Le vote s’est fait à l’unanimité.

Aucune question ni remarque n’ayant été formulées, le Maire de Sanary a voulu reparler de l’échangeur de la D11 (Route de Sanary à Ollioules). « Depuis 25 ans je veux avancer sur ce projet, mais il y a toujours des gens qui sont contre tout » ironisa-t-il. Un film fait par la Sté Escota a alors été projeté. Il expliquait la nécessité de ce projet pour désengorger le carrefour du Camp Laurent et les routes avoisinantes. Ce projet faisait d’ailleurs apparaître un péage dans le sens Toulon-Bandol et un dans le sens Ollioules-Toulon justifié par les 45,2 millions d’euros du projet financés en partie par Escota, les collectivités locales ne couvrant pas la totalité du budget.
Ferdinand Bernhard concluait : « Aujourd’hui, le projet est incontournable avec le développement économique local et j’aimerais bien qu’il avance encore plus vite… »

PH, le 26 septembre 2013

Autres photos:

Le plan de la salle du théatre Galli