Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Sanary suspend ses festivités quelques instants pour...
Le 2. mai 2017 à 12h47

Sanary   Sanary suspend ses festivités quelques instants pour se souvenir des victimes de la déportation.

Partout en France, le dernier dimanche du mois d'avril est dédié au souvenir des victimes de la déportation. L'occasion pour la commune de Sanary-sur-mer d'exhumer de vieux souvenirs douloureux.

La ville marche au son des tambours pendant quelques minutes.

La ville marche au son des tambours pendant quelques minutes.

Dimanche à 9h, quelques fidèles s'étaient rassemblés devant le parvis de l'Église pour assister à la messe en souvenir des victimes de la déportation. Les porte-drapeaux et quelques élus font leur entrée avant que la parole soit prise par les hommes de Dieu : "Nous sommes ici pour nous souvenir de la souffrance des hommes et pour prier en leur mémoire."

"C'est un devoir que de penser aux malheureux de la guerre"


Entre vérité historique, prières et chants, les bancs de l'Église se sont remplis. Monique 68 ans explique sa présence : "Je ne suis pas une habituée de la messe, mais je pense que cette journée est importante. Dans ces heures spéciales de la France, il est essentiel de se tourner vers le passé pour mieux appréhender l'avenir. Après cette messe, j'irai rejoindre la marche vers le jardin des enfants d'Izieu et le monument aux morts, car c'est mon devoir. J'espère que nous y verrons quelques jeunes gens."

La fête s'interrompt quelques instants pour laisser place au souvenir.


À 10h, Ferdinand Bernhard et le reste de ses élus qui n'ont pas assisté à la messe patientent sur le parvis de l'Église. Un orchestre se place en amont, les porte-drapeaux rejoignent ces derniers et les élus ainsi que le maire se mettent en fin de parade. Au son des tambours et des trompettes, la marche vers les monuments dédiés aux souvenirs commence. Pendant quelques instants, la ville qui fête les vins rosés fait silence.

Des enfants victimes de la barbarie.


Près du Carrousel qui interrompt sa musique pour l'occasion, la foule s'avance pour rendre hommage aux enfants du jardin d'Izieu.
"Le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon a arrêté les quarante-quatre enfants qui avaient trouvé refuge dans la maison d'Izieu et leurs sept éducateurs, parce qu'ils étaient juifs. Parmi les personnes présentes, une seule a pu s'échapper. Quarante-deux enfants et cinq adultes on été gazés dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau."
Le maire de la ville, Ferdinand Bernhard, dépose un bouquet de fleur sur le monument et observe une minute de silence.
Quand les hommes politiques s'éloignent et que la musique des manèges reprend, quelques enfants du parc interrompent leurs jeux pour venir découvrir la stèle qui quelques minutes auparavant avaient rassemblé tant de personnes.

C.G, le 02 mai 2017

Autres photos:

Quelques enfants viennent découvrir l''Histoire. Une messe était donnée à 9h en hommage aux victimes. Le maire de la commune s'est rendu au jardin des enfants d'IZIEU. La foule était présente.
Quelques enfants viennent découvrir l''Histoire.