Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Olivier Thomas a présenté ses 20 engagements
Le 23. juin 2013 à 18h22

Sanary Politique Olivier Thomas a présenté ses 20 engagements

Quelques 100 personnes étaient présentes samedi matin au Centre Azur pour cette troisième réunion publique d'Olivier Thomas qui se présente sous l'étiquette du parti local de l'ADS. Entre bilan critique de la majorité actuelle et propositions, plusieurs points ont été abordés.

Olivier Thomas (ADS) a présenté ses engagements.

Olivier Thomas (ADS) a présenté ses engagements.

Conseiller municipal d'opposition, Olivier Thomas se présentera pour les prochaines municipales sous l'étiquette de l'Association de Défense des Sanaryens. Il a débuté sa campagne depuis quelques mois, alternant réunions de quartiers et réunions publiques. Il dévoilera son programme et sa liste d'ici le premier trimestre 2014. Samedi matin il a annoncé ses 20 engagements, avec comme points principaux "être un maire à temps plein et ne pas cumuler les mandats". Ce dernier se disant prêt à se mettre en disponibilité s'il était élu, il insista sur le fait qu'il faisait "partie des deux seuls élus du Var à avoir signé la charte anticor" (anticorruption). Il entend mettre en avant sa probité et développer la démocratie participative en instaurant des conseils de quartiers et en utilisant le référendum d'initiative municipal.
Autre axe important, il insista sur la nécessité d'avoir "un plan local d'urbanisme" qui fasse "consensus" et s'engagea à "maîtriser l'endettement de la commune". Il annonça par exemple vouloir baisser les impôts locaux pour les sanaryens en résidence principale et abandonner les "projets dispendieux de la municipalité actuelle". Il ajouta aussi vouloir une transparence de la gestion des deniers publics en mettant par exemple en ligne toutes les factures et dépenses engagées par la commune.
Autre thématique développée, la valorisation du patrimoine "naturel, culturel et architectural de Sanary". L'assemblée apprit que la famille Desmazures avait eu l'initiative de faire une démarche de classement "monument historique" du château de Pierredon et de ses vignes qui pourraient l'être d'ici le premier trimestre 2014. Cela faisant suite aux différentes tensions avec la commune qui a placé ce site en Emplacement Réservé dans le projet du PLU.
Il y fut aussi question de la sécurité routière et de la sécurité des piétons avec la mise en place de pistes cyclables, l'instauration d'une police municipale 24 heures sur 24, "aider les jeunes actifs sanaryens à s'installer dans leur commune" ou encore "constituer une équipe municipale compétente, exemplaire et disponible".
Toujours lors de cette réunion, Olivier Thomas ne manqua pas d'établir un rapport critique sur la majorité actuelle et le maire, tant "par les affaires" avec l'évocation du rapport de la chambre régionale des comptes, que par l'article de Mediapart ou encore les "différentes attaques envers certains de ses administrés", allusion aux procès en diffamation et "attaques en conseil municipal". Il critiqua aussi la gestion "calamiteuse des travaux comme à Portissol".

Rencontre avec Olivier Thomas
autour de ces projets
pour la commune


Abandon des "projets dispendieux"
Concernant la maîtrise de l'endettement, Olivier Thomas abandonnerait plusieurs projets de la municipalité actuelle comme le commissariat et la Poste: "ce n'est pas aux contribuables sanaryens de supporter ces réalisations". Le projet du Casino serait aussi annulé "dans la mesure où l'on disposerait des moyens légaux pour y mettre fin". Idem pour le cinéma: "l'idée d'agrandir le cinéma oui, mais pas sur le site de l'école maternelle de Portissol que l'on pourrait transformer en musée de l'école". Même position sur les projets de parking, comme celui dit "Carbonne": "faire des parkings en centre ville est une idée des années 90, nous imaginons d'en réaliser en périphérie de la ville comme sur la route de la gare par exemple, avec la mise en place de navettes".
Côté port, Olivier Thomas voudrait revoir "l'ensemble des aménagements prévus", et refuse de voir s'installer la base nautique vers l'Esplanade, côté embouchure de la Reppe.
Enfin Olivier Thomas est opposé à la réalisation du centre pédagogique dédié à l'histoire de la plongée que la municipalité voudrait réaliser à côté de la médiathèque, et avance l'idée de "municipaliser un jour le musée Dumas en concertation avec l'équipe dirigeante".
La Reppe, le Colombet, les gens du voyage,
les labels, le théâtre et les floralies

Concernant le problème des odeurs de la Reppe, Olivier Thomas voudrait réunir tous les protagonistes autour d'une table avec les riverains, l'Etat et les collectivités "afin d'élaborer un processus pour régler ce problème de santé publique". Cela passerait par exemple par un contrat rivière. Pour le site du Colombet, il voudrait en faire un parc dédié à la promenade, au parcours sportif. C'est aussi ici qu'il verrait s'installer l'école de la forêt. Enfin, concernant les gens du voyage, Olivier Thomas mettrait en place rapidement l"aire d'accueil obligatoire, qui permettrait d'accueillir une trentaine de caravanes: "si nous étions en règle avec la loi, on n'en serait pas à des situations telles que nous les connaissons aujourd'hui, on aura la justice de notre côté pour permettre des expulsions beaucoup plus rapides des gens du voyage qui s'installeraient sur des terrains illégaux".
Côté culture et animations, il souhaiterait que le théâtre retourne sous le giron municipal: "il n'y a rien à dire sur la programmation actuelle qui est de qualité mais il faut admettre qu'il y a eu beaucoup d'annulations, je voudrais qu'on revienne à une gestion municipale". Il entend aussi remettre au goût du jour s'il est élu, dès 2014, les "floralies, mais en faisant travailler les horticulteurs locaux, sans aller chercher des fleurs d'Amérique du sud". Il entend aussi faire revenir la fête foraine à Sanary et remettre en place des "fêtes pittoresques disparues".
Enfin pour les labels, Olivier Thomas s'engagerait davantage sur le "Pavillon bleu" dont "les études montrent l'attractivité touristique que cela représente. On est une station balnéaire, il faut mettre en place aussi des sentiers pédestres par exemple en rouvrant ceux qui longent le littoral", il minora par contre l'impact du label des 4 fleurs: "il faut bien sûr les garder mais ce label ne doit pas être la priorité".

D.D, le 23 juin 2013

Autres photos:

Présentation de la réunion par Didier Georges.
Présentation de la réunion par Didier Georges.