Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Espace Saint-Nazaire... Une exposition vraiment "happy"...
Le 13. août 2014 à 14h47

Sanary culture Espace Saint-Nazaire... Une exposition vraiment "happy" !

La Ville de Sanary-sur-Mer et Happy Art organisent pour la septième fois une exposition du collectif "Happy Art Contemporain", jusqu'au 16 août, à l’Espace Saint-Nazaire.
Le groupe d’artistes qui s’expose est issu, entre autres, du mouvement de l’Art Singulier, qui se structure en France depuis plusieurs années.

Leur point commun : donner à travers leurs œuvres une vision gaie, joyeuse, ludique, positive... en un mot : happy !
L’Art Singulier se caractérise essentiellement par un retour à la figuration, au sens, à la poésie, à une certaine forme de sensualité, de naïveté et d’humour, que l’on est content de retrouver dans l’art contemporain.
Ainsi exposent des artistes venus de toutes parts, aussi passionnés qu'originaux et talentueux et c'est un véritable feu d'artifice de couleurs, d'inventivité, de jubilation qui explose et s'expose sur trois étages de ce lieu superbe de Sanary.
Nous avons rencontré trois de ces artistes.

Hervé Oberto


Drôle de façon de voir les hommes qui semblent venus d'un autre monde... le monde d'Hervé Oberto qui nous offre une galerie de portraits dont la particularité est d'avoir la tête... carrée !
D'origine grenobloise, Hervé Oberto a, depuis trois ans, choisi de vivre à Six-Fours, dont il est tombé amoureux de sa lumière. Déjà au collège il dessinait les aventures d'un petit personnage, héros d'une boisson non alcoolisée. Après les Beaux-Arts de St Etienne, il fait, en 1994, une rencontre qui va bouleverser sa vie : des personnages exposés au Musée Dauphinois de Grenoble, paysans, chevaliers, personnalités de la région, en particulier des évêques aux longues silhouettes longilignes, aux visages anguleux et tristes. Il décide alors que ses personnages seront rondouillards, heureux , souriants, attendrissants et, en extrapolant, il les dessinera carrés! Pourquoi pas ?
Aujourd'hui, nous dit-il, il s'est attaché à ses personnages qui font partie intégrante de sa vie et jusqu'à nouvel ordre, il resteront carrés... de la tête aux pieds !
Il est vrai qu'ils sont particulièrement attachants, réjouissants, drôles et naïfs.

Machada Rico


Son nom nous donne un indice : elle est d'origine espagnole.
Elle vit à Vincennes mais a poursuivi les Beaux-Arts d'Aix-en-Provence. Depuis les années 70, elle a touché à tout ce qui, de près ou de loin, se rapproche de l'Art : illustration, publicité, mode, textile et même le numérique !
Elle fait toujours tout par passion mais aussi toujours à fond et professionnellement car elle a fait de l'Art, avec un grand A, son véritable métier. Elle a accepté tout ce qu'on lui proposait, pour voir, pour découvrir, pour s'enrichir. Sur la demande de l’Éducation Nationale, elle a donné des cours dans les écoles, a créé un atelier mais elle n'arrête pas d'acquérir de nouvelles techniques car pour elle, l'art n'est pas que de l'inspiration mais un véritable travail et son bonheur et l'amour qu'elle a d'aller vers ce qui l'appelle.
Son œuvre est originale, constituée, pour les peintures, de visages qui s'imbriquent dans des formes géométriques ou des totems qui font à la fois penser à l'art africain ou aztèque.
C'est très coloré, très serein et très apaisant.

Marcel Deltell


Cet artiste catalan, né du côté de Perpignan où il vit toujours, est peut-être l'un des artistes les plus originaux de cette exposition et qui a une trajectoire des plus intéressantes.
C'est vraiment un artiste singulier qui fut d'abord dans le théâtre, écrivant des contes et les mettant en scène par le biais de marionnettes. Il a également beaucoup travaillé sur les arts carnavalesques et sur les masques mais depuis quinze ans, il s'est consacré à la sculpture. Une sculpture particulière puisqu'il travaille le bois flotté qu'il ramasse le long des plages. Il crée ainsi de petites sculptures qu'il assemble, soit tout simplement sur un socle, soit sur un support mural en bois, créant ainsi une œuvre en trois dimensions. Et c'est tout à fait ludique et sympathique. Ses petits personnages racontent son histoire, et son travail est constitué de ce capital d'expériences personnelles accumulées.
Il a également créé un cabinet des mondes et des légendes.
Dans un coin de sa tête, malgré tout, il a gardé l'amour des marionnettes et écrit toujours des contes même si, dit-il, la page est tournée depuis quinze ans.
Il continue d'ailleurs de se diriger tous les ans vers le festival des contes de Cucugnan créé par Henri Gougaud et lorsqu'il y va, il avoue... que ça le "titille" !
Ah, autre événement original qu'il a créé : un collectif nomade où ses artistes exposent dans des caravanes des années 60, y installant leur monde, leurs œuvres et créant ainsi une galerie ambulante qui balade de ville en ville.
Ca aussi c'est vraiment "happy" !

, le 13 août 2014

Autres photos: