Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > Interview David Guis, candidat FN à la mairie de Sanary
Le 4. février 2014 à 14h30

Sanary Politique Interview David Guis, candidat FN à la mairie de Sanary

David Guis est le candidat du Front National aux élections municipales de Sanary. Fonctionnaire de la Police Nationale depuis 5 ans et sanaryen depuis plusieurs générations, il vit, à 31 ans, sa première campagne et répond à nos questions.

David Guis, c’est votre 1ère élection, pouvez-vous nous parler de votre parcours et nous expliquer pourquoi vous avez eu envie de vous lancer en politique ?


David Guis:
Tout a commencé en 2012, lors de la campagne présidentielle. J’ai contacté Frédéric Boccaletti pour lui proposer mon aide. J’ai fait du tractage sur les marchés pour les présidentielles, puis les législatives. Ensuite, il m’a proposé de poser ma candidature à Sanary, qui n’a plus de représentant Front National depuis 24 ans et j’ai accepté. Si je ne l’avais pas fait, il n’y aurait eu aucune liste FN, alors qu’à la présidentielle, le vote avait représenté 21%. Nous voulons nous servir de cette dynamique pour rentrer à la mairie et mettre fin à la politique de Ferdinand Bernhard.
Etant originaire de Sanary, je trouve que la ville a beaucoup changé côté animations et ambiance. Les jeunes n’ont plus leur place. Ferdinand Bernhard veut aseptiser Sanary ! La situation ici s’aggrave. Nous voulons relancer l’économie locale, car les commerçants se retrouvent étouffés. Ils ne sont pas assez mis en avant. Sur le marché par exemple, 90% des stands viennent de l’extérieur. Il faut privilégier les commerçants de Sanary.

David Guis, pensez-vous que le FN fera un score au niveau national ? Et vous, quelles sont vos chances à Sanary ?


David Guis:
A Sanary, nous pouvons créer une surprise et encore plus avec ce qui se passe au niveau national. Les gens sont de plus en plus déçus et notre candidature de plus en plus crédible. Un verrou a sauté et les électeurs s’aperçoivent que le FN a un vrai programme et avait raison. Maintenant, ils ne se cachent plus et vont même vers nous. Il y a une réelle prise de conscience et nous avons des propositions concrètes.

Votre liste est-elle déjà complète ?


David Guis:
Pas encore, il nous manque une poignée de personnes. Dans notre liste, nous avons toute sorte de profils, des commerçants, des artisans et même des gens qui étaient de gauche. Pour eux, nous pouvons être une véritable force d’opposition.

En mars 2013, lorsque Fréderic Boccaletti vous ‘intronisait’, vous disiez apprécier le travail d’Olivier Thomas et envisagiez un rassemblement avec ce candidat au second tour. Cela est-il toujours d’actualité ?


David Guis:
Olivier Thomas a fait sa propre liste et nous la nôtre. Il n’y a donc pas de raison de faire liste commune. Nous avons certainement des idées en commun, mais chacun a sa liste. Notre objectif, comme au niveau national est d’avancer par nous-même, avec nos idées.

Quels sont les grands axes de votre projet électoral ? Pourriez-vous nous le détailler en partie ?


David Guis:
- Economie : Nous voulons relancer l’économie locale et aider les commerçants par des baisses des taxes et impôts. Nous voulons, soit enlever, soit au moins diminuer la taxe de première installation. Nous voulons mettre les commerçants en avant avec des animations et des jeux. Faire un système de bons de parking avec eux, proposer des idées comme une braderie sur le port une fois par semaine… C’est notre priorité n°1 et elle permettra d’attirer la jeunesse à Sanary.
- Sécurité : Il faut augmenter les effectifs de police ainsi que les patrouilles. Pas seulement au centre-ville. Il faut prendre en compte les quartiers reculés plutôt qu’utiliser la police pour verbaliser les vélos ! Il faut avoir une cellule vidéo pour visionner les images des caméras en direct.
- Les finances : Il faut assainir les finances et soulager la pression fiscale en stoppant l’augmentation des impôts et des taxes. Il n’est pas question ici de faire de fausses promesses, mais nous voulons étudier cela au plus près.
- L’urbanisme : Stop au bétonnage et aux travaux qui ne s’arrêtent jamais, sauf pour ce qui est utile bien sûr, comme refaire du bitume lorsque la route est en mauvais état. Il faut que les logements sociaux reviennent en priorité aux sanaryens dans une transparence totale
- Vie locale et divers : Nous voulons mettre en place des référendums locaux pour tous les choix importants, comme le casino. Celui de Bandol ne marche plus. Pourquoi en mettre un à Sanary. Cela fait partie des dépenses inutiles. Nous nous opposons fermement à la LGV qui représente des milliards de dépenses et va défigurer le paysage.

Pour résumer, je dirais que nous voulons redonner la parole aux sanaryens et contenter toutes les générations. Si nous sommes élus, et pour suivre notre ligne de conduite, nous ne célébrerons pas de mariage homosexuel. Pour être conforme à la loi, nous laisserons ça à un élu de l’opposition.

PH, le 04 février 2014