Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Le Brusc > Accident de plongée mortel au large des Embiez
Le 10. octobre 2016 à 15h30

Le Brusc Fait Divers Accident de plongée mortel au large des Embiez

Hier matin, des plongeurs en difficulté ont été secourus et rapatriés vers le port du Brusc. Malgré les premiers soins un homme décède suite à un arrêt cardio-respiratoire, les deux autres sont emmenés d’urgence vers l’Hôpital Saint Anne à Toulon pour un transfert en caisson hyperbare.

©photo de la SNSM, intervention dimanche au port du Brusc.

©photo de la SNSM, intervention dimanche au port du Brusc.

Alors qu’il plongeait à 67 mètres de profondeur aux larges des îles du Brusc, avec le Club de Bendor, un plongeur confirmé d’une cinquantaine d’année venant de la région parisienne s’est trouvé en difficulté. Deux autres plongeurs ont voulu l’aider et l’ont remonté sur le bateau en urgence. A leur arrivée hors de l’eau, ils sont tous les trois dans un état critique.

SNSM, Pompiers, SAMU 83, Gendarmerie mobilisés


Tandis que le reste de l’équipe de plongeurs a été transféré sur l’autre bateau du Club au même moment en mer, l’embarcation prend la direction du port du Brusc pour l’évacuation d’urgence. Alertée, la vedette de la SNSM de Bandol arrive sur les lieux, rejointe quasi immédiatement par les pompiers, le SAMU et la gendarmerie. « A notre arrivée sur zone, nous sommes en présence de 3 victimes : un plongeur d'une 50 d'années en arrêt cardio-respiratoire, 1 plongeur qui l'a remonté en urgence sans effectuer de palier après une plongée à 67m au Trimix et un troisième plongeur victime d'un malaise après un effort violent pour aider à la remontée », relate le capitaine de la vedette de la SNSM.

Un mort, deux blessés graves, une enquête ouverte


Malgré une longue tentative des pompiers et du SAMU à bord au port du Brusc, le premier plongeur ne peut être ranimé et est déclaré décédé. Les deux autres plongeurs, mis sous oxygène, sont évacués pour un transfert direct en caisson hyperbare au centre hospitalier Sainte Anne. Présents sur place, la Gendarmerie Maritime et la police scientifique ont ouvert une enquête.

Comprendre les difficultés d’une plongée Trimix


Pour une plongée en mer à plus de 60 mètres de profondeur, l’air (80% azote + 20% oxygène) habituellement utilisé dans les bouteilles n’est pas suffisant. Ces plongées nécessitent donc un mélange de gaz. Ce dimanche, les trois victimes faisaient une plongée TRIMIX avec un mélange enrichi en hélium. Patrick Szmygel, du Club de Plongée du Brusc, nous explique que l'hélium entre et sort plus vite du corps que l'azote et qu’une certaine vitesse est à respecter pour une décompression sans danger. « Ce type de plongée nécessite d’avoir une formation. Il faut être engagé, expérimenté et maîtriser les risques ». Sous l’eau, les risques sont amplifiés et les décisions d’urgence difficiles à prendre. « Il est important de sensibiliser les gens sur les risques d’une plongée Trimix et notamment sur le risque des prises de décision à prendre en plongée ». Il est probable que les deux plongeurs transférés en caisson souffrent d'importants traumatismes et séquelles.

C.O, le 10 octobre 2016

Plus d'infos:

Autres photos:

©photo de la SNSM. Vedette de secours en mer de la SNSM.
©photo de la SNSM. Vedette de secours en mer de la SNSM.