Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Sanary > La journée Mondiale des Pêcheurs artisans à Sanary
Le 28. novembre 2014 à 18h14

Sanary Environnement La journée Mondiale des Pêcheurs artisans à Sanary

Le 28 novembre 2014, c’est la Journée Mondiale des pêcheurs artisans et travailleurs de la pêche. Salle Marie Mauron, tous les acteurs se sont retrouvés pour une journée alliant exposés-débats et réflexions.

Lors de cette Journée Mondiale des pêcheurs artisans et travailleurs de la pêche est ressortie une spécificité des pêcheurs artisans français. Notre pays est le seul à être organisé en Prud’homies et cette notion semble ignorée des instances européennes. Ce jeudi, Salle Marie Mauron, il y avait des représentants de tout ce qui touche à la pêche et son environnement. Des pêcheurs bien sûr, venus des Prud’homies de Sanary, Antibes, Giens, Toulon, La Ciotat, le Brusc, Bonifacio, Calvi, Cannes, Ajaccio, Le Lavandou, St Mandrier, mais aussi les syndicats professionnels, des scientifiques et consultants divers.

« Les contraintes des pêcheurs artisans
ne sont pas prises en comptes »


Ce sont ces derniers qui ont animés les conférences-débats et les groupes de travail. Bertrand Cazalet, Consultant en droit maritime et Conseiller juridique des pêcheurs professionnels parlait en ce sens : « Chez les pêcheurs, il y a des divisions internes. Il faut fédérer les prud’homies et aller dans le sens du rassemblement. L’objectif est d’avoir un calendrier commun, de discipliner la profession et de faire valoir les droits des pêcheurs artisans ». Il rajoutait : « Les règles imposées par l’Europe sont trop bureaucratiques et trop contraignantes. Elles se basent sur les attentes des industriels et les contraintes des pêcheurs artisans ne sont pas prises en comptes. »

Pêche artisanale et écologie locale sont liées


Ces problématiques posées, les exposés-débats ont parlé de la préservation des zones de pêche, du soutien de la pêche artisanale, de la dynamisation de leurs actions, tels qu’en parlait Bertrand Cazalet, mais aussi de sujets spécifiques en Paca. Ainsi, lors d’une première conférence, l'universitaire Olivier Dubuquoy, docteur en géographie, a longuement expliqué comment les boues rouges, existantes au large de Cassis, sont transformées en produits servant à la dépollution ou au BTP, sous le nom de Bauxaline, alors qu’elles sont elles-mêmes chargés de produits toxiques (métaux lourds…) et radioactives. Il a aussi évoqué le projet Abyssea au large du Levant, consistant à installer 2 plateformes sous-marines à 1300 et 1400 m de profondeur, destinées à faire des essais offshore d’équipements pétroliers…

Entre écologie et pêche artisanale, le lien est facile à trouver. Nos pêcheurs locaux ne sont-ils pas les premiers utilisateurs de nos eaux côtières ? Cette journée vient donc à point pour avancer.

PH, le 28 novembre 2014

Autres photos:

Les plus : aimés commentés lus