Skip Navigation LinksOuest Var > Actualité > Michel de Maynard: «Défendre les gens d'ici»
Le 3. décembre 2015 à 12h35

Ouest Var Elections régionales Michel de Maynard: «Défendre les gens d'ici»

La campagne électorale des Régionales aura été courte en ne débutant officiellement que le  23 novembre 2015 et les citoyens auront surtout entendu s'exprimer les principales formations politiques PS, LR et FN, alors que pour la région PACA il n'y a pas moins de dix listes. Zoom sur l'une d'entre elles avec le candidat tête de liste de l'Union des Droites du Var, Michel de Maynard, présent sur le marché de Sanary mercredi.

Michel de Maynard (à droite) en campagne à Sanary

Michel de Maynard (à droite) en campagne à Sanary

La liste de l'Union des Droites avec à sa tête le député-maire d'Orange Jacques Bompard, compte dans ses rangs des membres de La Ligue du Sud, le parti de la France, La Maison BBR, Paca fait Front mais aussi des candidats sans étiquettes. Il rallie ceux qui on claqué la porte du Front National comme Lydia Schénardi, Laurent Comas... et Michel de Maynard.

Michel de Maynard, tête de liste pour le Var aux régionales Paca, a eu des responsabilités au sein du FN, il s'est présenté aux dernières élections législatives de 2012 pour la 7ème circonscription et compte aujourd'hui « rassembler dans une alliance populaire » les déçus de François Hollande, de Nicolas Sarkozy et du FN qu'il qualifie de « gauchisant ». Ses 27 colistiers sillonnent comme lui les marchés du Var et multiplient les rencontres chez l'habitant pour faire entendre leur voix.

« Un engagement moral et national»


Bien que crédité d'à peine 1% des voix au premier tour, Michel de Maynard, Six-Fournais et Seynois à la fois, ancien président des commerçants et artisans de Six-Fours du temps des maires Batiste et Estève, dit mener cette campagne « sans ambition politique ni financière » mais juste pour défendre « un engagement moral et national et pour défendre les gens d'ici ». Frontiste « mais pas lepéniste» , il assume de 1981 à 1992 des responsabilités politiques dans l'ouest-toulonnais mais excédé par la mésentente entre les droites, il quitte ses fonctions et crée l'Union des Droites. « Je suis convaincu que nous serons obligés à terme de créer une confédération de l'Union Européenne et la droite devra s'unir. Nous en avons marre des dérives et nous avons besoin d'union »
Sur les tragiques événements du 13 novembre il déclare que la France ne vit pas une guerre mais une véritable guérilla urbaine : « Nous savons quand cette guérilla a débuté, nous ne savons pas quand elle finira. Face à nous nous avons des lâches invisibles prêt à tout. Je refuse que la France se couche devant l'Islam! ». Et de conclure : « Nous pensions pouvoir ancrer notre mouvement en PACA mais suite à cette fièvre du 13 novembre, le FN est devenu un refuge pour un grand nombre d'électeurs. »

A.I, le 03 décembre 2015